Posts Tagged ‘cocktail’

Pourquoi appelle-t-on le fameux cocktail un « bloody Mary » ?

Le bloody mary est un cocktail à base de jus de tomate et de vodka, auquel on ajoute généralement quelques épices, comme le tabasco, le sel, le céleri ou encore le jus de citron. En français, le nom du cocktail donne lieu à d’élégantes traductions argotiques, comme « Marie-salope » ou encore « menstruation de Mary ». En réalité, la traduction littérale donne lieu à deux interprétations : il s’agirait soit de « Mary la sanguinaire », soit de « Sacrée Mary ».

L’origine du nom est contestée. Une des propositions voudrait qu’Ernest Hemingway, qui craignait les colères de sa femme Mary Welsh quand il prenait de l’alcool, associa à la prise de ce cocktail un juron récurrent, « Bloody Mary » (« Sacrée Marie« ). Dans la région de Pampelune, on raconte également que la boisson doit son nom à la célèbre Mary Read, la seule femme pirate reconnue officiellement, qui s’est illustrée au combat aux côtés du fameux pirate britannique Jack Rackham (celui qui est dans Tintin).

Cependant, la proposition la plus sérieuse quant à l’origine du nom du cocktail est sans doute celle qui lie la boisson à la légendaire reine d’Angleterre Marie Tudor, fille d’Henri VIII et de Catherine d’Aragon, qui dirigea le pays entre 1553 et 1558, avant de mourir en laissant le pouvoir à sa demi-soeur, Elisabeth I. Elle fut surnommée « Mary la sanglante » par les protestants anglicans qu’elle envoya au bûcher par milliers dans sa lutte pour rétblir le catholicisme en Angleterre. La couleur rouge du jus de tomate, associant la boisson au sang, fait de cette version la plus vraisembable de toutes.

Le bloody mary aurait été inventé en 1921 au Harry’s Bar à Paris. Selon la légende, c’est pour le comédien américain Roy Barton que Petiot aurait concocté ce mélange d’épices, de citron, de jus de tomates et de vodka, qui fut d’abord connu sous le nom de « Bucket of Blood » (« godet de sang »), avant de devenir le « Bloody Mary ». Cependant, le jus de tomates tel que nous le connaissons aujourd’hui n’existait pas à cette époque. Le cocktail ne séduisit pas immédiatement les Parisiens et ne devint un véritable succès que quelques années plus tard, aux États-Unis. Au milieu des années 1930, il est réintroduit en remplaçant la vodka par du gin, et appelé Red Snapper. On le présente comme un remède contre la gueule de bois.